Kidnaping à Mendoza


Quelques kilomètres avant Mendoza nous rencontrons des travaux sur la route, un vent qui nous freine énormément et une circulation qui se fait plus dense et dangereuse.
Serrer les fesses plus longtemps est fatiguant et ça constipe alors on décide de faire du stop! Ce n'est pas simple car en Argentine plus on descend dans le sud plus la peur de l'autre est grande. La délinquance et la pauvreté en seraientt la cause.
De nombreux pick-ups vides nous passent devant le nez à vive allure.
Mais tout a une fin et une bonne fin. Deux hommes avec un pick-up pas vraiment vide s'arrête et nous prennent de suite. Sans le savoir, nous venons d'être kidnapé… par Osvaldo et Fernando.

Le contact passe bien et tout en prenant du temps pour nous, il nous accompagnent d'abord au centre ville de Mendoza à l'office du tourisme pour nous trouver un hôtel pas cher puisque notre hôte warmshower, Xavier,  ne peut nous recevoir que le lendemain.


Nos deux Argentins nous mènent ensuite à notre hôtel en nous indiquant de bons coins pour déjeuner ou faire nos courses. Avant de nous quitter, Osvaldo, nous fait la proposition d'une invitation à diner que nous ne refusons pas.


Toute la famille est là pour rencontrer les 2 zigotos qui voyagent sur des vélos bizarres. Tous les enfants du plus grand au plus petit sont très curieux de nos montures. La soirée fut des plus conviviales autour d'un super asado. La discussion sur notre voyage va bon train.

Nous apprendrons que le plus grand des enfants Nicolas et son frère Joaquin font du BMX et que l'un comme l'autre sont bien placés dans le championnat argentin.
Rendez-vous est pris pour assister le lendemain à la première compétition du week end.

Les petits de 7 ans
et les plus grands

On s'est vraiment régalés à voir cette compétition de vélos bondissants de bosses en bosses. L'ambiance stand/compétition nous a rappelé de bons souvenirs de nos courses en roller.

Osvaldo et Liliana

Le soir en nous raccompagnant chez notre hôte, cette famille si gentille nous propose carrément de nous offrir l'hébergement dans une de leur maison vide. Le cœur sur la main, ils insistent tellement et nous, nous sentant si bien en leur compagnie que nous finissons par accepter.
Déménagement rapide, nous voilà pris en charge pour le restant de notre séjour à Mendoza. Impossible de lever le petit doigt sans qu'Osvaldo ou Fernando se proposent de nous rendre service ou de nous transporter.

Fernando au fourneau... poil au dos!


Un second asado succulent chez Fernando et le lendemain pour notre dernier jour, une visite d'une grosse bodega, la bodega Lopez, nous fera découvrir qu'en Argentine aussi le vin coule à flot mais que beaucoup de techniques et de cépages viennent de France jusqu'aux barriques qui sont fabriquées à Nancy.



Leur vin malheureusement ne nous laissera pas une grande impression. Nous en avons gouté de meilleurs chez Osvaldo et Fernando.


Ce sont ces moments magiques qui font la part belle de notre voyage. Ce genre de rencontre avec des gens inconnus avec qui le courant passe si bien que nous avons l'impression de nous connaitre depuis des années. Ces 4 jours ensemble furent la plus belle fin que nous puissions espérer en Argentine. Merci à vous tous, nous avons passé de chaleureux moments à Mendoza et en Argentine.

2 gros pots de glace... Miam, miam!  Heeeeelado!

Le mercredi c'est Fernando qui nous accompagnera à la station de bus. En effet, plus le temps de prendre la route pour Santiago à vélo. De toute façon la route sans bande d'arrêt d'urgence est empruntée par beaucoup de camions et de nombreux tunnels sont à passer.
Une seule compagnie de bus acceptera de prendre nos vélos. Il faudra tout de même bien négocier et un grand coup de gueule de Fernando (merci à toi) pour ne pas payer trop cher pour nos montures.




8 h de route seront nécessaires pour parcourir les 360 km qui séparent Mendoza de Santiago du chili. La montée vers la frontière nous offre des paysages magnifiques qui nous feraient presque regretter de ne pas être monté à vélo.


Le temps de quitter l'Argentine et de refaire la queue pour l'entrée au Chili puis de passer toutes les bagages au scanner, ce sont les 2 h 30 à la douane qui nous feront perdre autant de temps. Les vélos qui seront restés dans le car avec 2 sacoches et le gros sac contenant les affaires de couchage ne seront  pas vérifiés.

De l'autre côté, la montagne est moins belle mais une belle descente en lacet nous donne presque envie de quitter le car pour la faire à vélo. Dommage, pas le temps, il ne nous reste que 4 jours avant le départ.

Arrivée chez Ricardo

A Santiago du Chili nous avons pris contact avec Ricardo, un hôte warmshower, qui ne peut nous recevoir avant jeudi soir. Pas de problème ou presque. Arrivés à 18h, il nous faudra sillonner la ville jusqu'à 22h avant de trouver une place dans un hôtel.
Santiago est une très grande ville avec fort heureusement des pistes cyclables qui sillonnent les principales avenues, nous évitant ainsi d'être confrontés à la circulation assez dense à cette heure de fin de journée.

Le changement de monnaie fait partie du voyage et nous voila confrontés maintenant avec des prix comportant au moins 3 zéros… Le hamburger par exemple est à 1200 $ (pesos chilien) et les billets de 5000 et 10000 comme les pièces de 500 ou 100 $ sont les plus petites coupures.


Nous sommes maintenant confortablement installés chez Ricardo, étudiant en archéologie et sa maman dans une résidence privée confortable gardée jour et nuit.  De quoi bien préparer notre départ vers l'Asie. 3jours pour faire les cartons des vélos, renvoyer quelques affaires en France et réserver une chambre à Bangkok…


À savoir


L'office du tourisme se situe au centre de la ville, avenue San Martin

L'hôtel à Mendoza et pas trop cher était l'hôtel Edian, rue Juan B. Justo, non loin de la rue Olascoaga

La seule compagnie de bus acceptant les vélos sans être démontés a été :
"Tur-Bus" au niveau de la plateforme 18.


8 commentaires :

  • Laurent | 29.11.14

    Yes ! Un nouveau continent, de nouvelles odeurs, une nouvelle ambiance vraiment différente...Et beaucoup de choses à voir et à découvrir ! Ça doit être à la fois excitant et angoissant , non ?

  • Zwoofff | 29.11.14

    @Laurent
    Oui ça va nous changer. Excités? Oui! Il est vrai qu'on a envie de changer de continent pour découvrir de nouvelles cultures et paysages.
    Angoissant? non, seuls les voyages en avion le sont car on ne sait jamais quelle surprise nous attend avec le poids et l'emballage de nos vélos. C'est le problème N°1 à notre avis du voyage en vélo couché...

  • Les Cyclomigrateurs | 30.11.14

    C'est terrible, ça, d'être véhiculé et d'avoir envie de descendre et récupérer les vélos pour profiter de la route et des paysages. Frustration garantie, ça va trop vite les engins à moteur. A tout prendre, mieux vaut se faire trimballer de nuit, on ne voit rien donc on a moins de regrets.

  • Anonyme | 30.11.14

    Je n'ai besoin de personne en vélo couché, ché...

    Direction l'Asie pour de nouvelles aventures..... S'arrêteront-ils un jour :-D ?

    Philippe de Villeneuve

  • Zwoofff | 30.11.14

    # Cyclomigrateurs
    Terrible non puisque ce fut un choix mais frustration peut être un peu... mais l'aventure continue c'est le principal.

  • Zwoofff | 30.11.14

    @ Philippe
    L'aventure se poursuit mais oui, on va bien finir par s'arrêter après l'Asie seulement... juste le temps de voir ces 3 nouveaux pays et de quoi vous faire rêver encore un peu.

  • Solenn Jouan | 30.11.14

    C'est clair, la trajet de Mendoza jusqu'à la frontière est trop beau... à vélo ! Et les camions pas si terribles que ça. Les tunnels non plus car ils peuvent être passés à l'extérieur. Pour le tunnel du Christ Rédenpteur, un véhicule prend les vélos pour la traversée, gratuitement.
    Ravis de vous avoir rencontrés en coup de vent à Mendoza, c'est sûr, les zwoofff sont trop rapides !
    Toujours à Mendoza, nous prenons une sérieuse option pour un trajet bus pour dépasser la Rioja.
    A un de ces jours peut-être.
    Les jouansurlescheminsdumonde

  • Zwoofff | 30.11.14

    @Solenn
    Oui mais de toutes façons nous n'avions plus le temps. Nous aussi on fut ravis de vous rencontrer mais trop rapidement. Zapper Talampaya et la vallée de la lune, en allant plus loin que la Rioja en bus c'est dommage... Mais c'est votre choix. Le monde est grand et on ne peut tout voir.
    J'ajoute l'adresse de votre site dans la colonne de droite...@+

Enregistrer un commentaire

si vous choisissez "Anonyme" ne le restez pas en signant de votre prénom votre commentaire. Ce sera plus convivial. Merci. ;-)
ATTENTION : Il se peut que votre commentaire n'apparaisse pas de suite.
C'est normal. Nous devrons le valider dès que nous aurons internet... Cool!!!