De Champasak aux 4000 îles - fin du Laos

Nous continuons notre chemin au Laos et vu la direction que nous prenons, cela va prendre tout son sens. Nous descendons toujours vers le sud, en direction du Cambodge mais cette fois par la rive droite du Mékong.
La route menant à Champasak est goudronnée sur sa plus grande partie mais quelques kilomètres avant la ville ce n'est plus qu'une piste large de terre sèche où chaque passage de véhicule soulève un nuage de poussière que nous ne pouvons éviter.




Champasak


Une des plus vieilles cités du Laos dont il reste le Wat Phou et autres constructions Khmer du XIe et XIIe siècle…



L'endroit n'est pas immense mais il semble tout de même s'imposer à la nature au bord de cette montagne et face à la grande plaine ou passe le grand fleuve.
Deux bâtiments sont en reconstruction de chaque côté de cette allée de pierres plates, juste aux pieds des escaliers.



Nous avons la chance d'être là quand les "arbres" sont en fleurs ce qui donne un air féérique à ces pierres qui s'élèvent de façon très abruptes. Les marches sont grandes et très rapprochées ce qui s'apparente plus à de l'escalade qu'à une montée majestueuse.


La vue d'en haut est magnifique. Un vieux temple lui aussi en rénovation et une fontaine "magique" aux pouvoirs certains coule de la gueule d'un dragon de bois.



Un peu plus loin nous pourrons voir un éléphant et un crocodile taillés dans la pierre.


Nous reprenons la route, enfin la piste toujours vers le sud.
Nous passerons par de nombreux petits villages et deux petites villes qui n'existent même pas sur les cartes. Vers 17h, nous trouverons refuge pour planter la tente et de quoi nous laver à l'eau froide dans un temple.



Les enfants des alentours feront les curieux pour voir nos drôles de montures pendant que nous montons la tente. Il faut reconnaitre aussi que ces vélos bizarres intriguent beaucoup.


Un petit coucher de soleil en guise de dessert… on n'est pas bien là?



Le lendemain, après quelques kilomètres, nous chercherons de quoi passer le Mékong pour rejoindre la grosse route 13 qui traverse le Laos du nord au sud.
On en a un peu marre d'être déguisés de poussières. En fait, tout au long du fleuve, il y a ce genre de traversiers qui relie la rive droite à la gauche puisqu'un seul pont, à Paksé traverse le Mékong dans le sud du Laos.
La 13 est moins interessante mais goudronnée donc sans poussière. Les quelques 70 km que nous parcourrons sur cette route nous confirment que cette route aurait pu devenir lassante depuis Pakse voir même de Vientiane.


Au carrefour avec la route menant au bac  pour Don Khong, nous passerons notre deuxième nuit tout en haut d'un mont, dans un temple avec vue sur le Mékong.


Pas besoin de planter la tente, nous poserons nos matelas dans un des "patios" qui entourent le bâtiment principal.


Il y a Muong qui dort là aussi. Il semble être le chef de chantier du nouveau bâtiment en construction à l'arrière du temple. Il nous offrira bonbonne d'eau et petits gâteaux et sera à nos petits soins en nous apportant de petits oreillers pour passer une bonne nuit sous les étoiles.

Les 4000 îles

Nous souhaitons passer quelques jours sur l'île la plus au sud de l'archipel. Mais plutôt que de passer par la route, nous choisissons de descendre par les îles.


Pour rejoindre Don Khong, nul besoin de prendre le traversier. Depuis octobre 2014, un pont enjambe le fleuve pour raccorder l'île à la terre ferme.


Il y a peu de touristes qui l'empruntent vu qu'il n'est pas encore marqué dans les guides mais comme nous voyageons sans ces gros bouquins lourds, nous dirons simplement merci à l'application Maps.me.


De là, nous tournons sur la pointe sud et prenons un bateau pour Don Som. Île plus que nature.

Qui veut un bonbon?



Il n'y passe aucun touriste si ce n'est que 3 ou 4 cyclistes aventureux comme nous. Un vrai bonheur.



Quoi ma gueule, qu'est-ce qu'elle a ma gueule?

La piste d'une bonne dizaine de kilomètres devient par endroit un tout petit chemin large seulement pour un vélo.



Elle nous mènera face à Don Det, l'île la plus touristiques aux airs babacools et d' jeun's de Vang Vieng.


Trop peu pour nous, nous ne n'y passerons que quelques minutes juste le temps de manger un petit quelques chose avant de rejoindre don Khon (sans le G cette fois).

Don Khon, l'île de Ré à la Lao


Un pont relie don Det à don Khon. Un pont construit par les français pour y mettre des rails et un petit train servant à acheminer les marchandises qui ne pouvaient passer la barrière rocheuse et qui coupe le Mékong en de puissantes cascades à cet endroit.


Aujourd'hui, plus de train, plus de rails mais un péage à la journée pour qui veut franchir ce pont.
(Le péage ferme à 17h30).
Pas très agréable de devoir payer, par personne, le prix d'un bon plat au restaurant  pour entrer sur l'île.


Il est midi et les guesthouses sont pratiquement toutes déjà pleines. il ne fut pas facile d'en trouver une que nous quitterons le lendemain matin pour une autre avec terrasse et hamac face au fleuve.


Sur l'île, l'ambiance est tranquille, calme où ne circulent que vélos et de rares scooters.
Les chutes de Somphamit (ou Li Phi) "payantes", nous les visiterons dans l'après midi pour ne pas avoir à payer 2 fois un ticket au prix exorbitant pour ici.


Là, elles sont à leur niveau le plus bas
En grosse saison des pluies, les rochers sont recouverts... impressionnant!

Elles sont magnifiques. Le débit est impressionnant et l'éclairage de l'après midi met bien en valeur ces trombes d'eau qui coulent entre les rochers.


Un peu plus bas, nous pourrons observer les pêcheurs qui à l'aide d'épuisettes maison ramasse la friture dans les remous.

Pareil que les autres, elles sont au plus bas...


Le lendemain, nous irons côté est voir les autres cascades, Khone Phapheng, moins impressionnantes et gratuites de l'île. Les chemins sont bien caillouteux et à vélos ça secoue. Nous poursuivrons jusqu'à la pointe sud pour aller voir les dauphins.



La vue est splendide avec tous ces petits îlots au milieu du fleuve. Nous ne prendrons pas les bateaux à touristes pour aller voir les mammifères marins. Trop chers et puis nous on a vu tous les épisodes de Flipper, alors les dauphins…


Le reste du temps, on l'a pris à ne rien faire, allongés face au Mékong sous nos 30° pendant que vous vous gelez en France.
Ben oui, la vie n'est pas toujours facile…



A savoir


Le prix du billet d'entrée sur don Khon vous donne droit à l'entrée pour visiter les chutes… mais attention ce billet n'est valable qu'un jour, celui où vous le payez.

Un bon resto ?
Allez chez FAISAI, à 50 m sur l'unique route de ce qu'on peut appeler le "centre ville".  Des plats parfumés vraiment excellents pour un prix très correct. On vous conseillera le Lao duck et le marsaman de poisson… hummm! un régal!

6 commentaires :

  • La Terre dans le guidon | 28.1.15

    Et ben voilà Patrick qui fait l'intéressant avec son pneu !

  • Zwoofff | 28.1.15

    bien joué, Jérome... Mais de là à devenir un pro comme toi..; J'ai de la marge... Warfff :-))

  • Anonyme | 28.1.15

    Pas facile de commenter même si je suis chacune de vos étapes. Disons-le : passer du blog au mail et inversement pose parfois de menues difficultés bien casse-pieds que je vais surmonter dans un élan de... je ne sais pas quoi mais bien de l'amitié, c'est sûr.



    Disons-le aussi, dans ma mémoire, le Mékong et le Laos, pour moi, ce sont les vieux souvenirs de la guerre du Vietnam. ne rigolez pas! 40 ans après, j'ai toujours en tête des images et des infos. Alors du coup, je suis repartie de zéro :

    - 1/ vos photos
    - 2/ une carte géographique
    -3/ de saines lectures



    et je me sens rajeunie!!!



    Donc vos photos : comme d'habitude, superbes. Quelque part, j'y retrouve ce sentiment rencontré en remontant le Nil : images intemporelles avec la permanence des barques de forme immuable, la rizière, ces très beaux et très gourmands enfants..(ah chouette, poules et coqs..;coucou Anne marie), ces campagnes où vous faites fuir les boeufs( Euh..mais ne sont-ce pas des buffles. Celui pris en photo en baisse les cornes tellement ma qualification de boeuf le navre)) en passant sur les pistes.



    Géographiquement parlant, le Mékong est presque décevant... Pffff , que 4600 kms, et 6 pays traversés , quel petit joueur par rapport au Nil. Mais quel beau nom : le fleuve aux neuf dragons.



    Historiquement parlant.. ben, faut juste se replonger dans l'histoire française et on a déjà un bel aperçu du dernier siècle. Bel aperçu que je ne me souviens pas d'avoir un jour beaucoup étudié.



    Littérairement parlant, faut juste relire Marguerite Duras, même si sa vision est évidemment beaucoup plus proche du delta du fleuve que, me semble-t-il, de votre parcours jusqu'à présent. Je ne résiste quand même pas à vous donner ce petit extrait.. très , très loin de sereines images : "le Mékong emmène tout ce qui vient, des paillotes, des forêts, des incendies éteints, des oiseaux morts, des chiens morts, des tigres, des buffles noyés, des hommes noyés, des leurres, des îles de jacinthes d'eau agglutinées, tout va vers le Pacifique, rien n'a le temps de couler, tout est emporté par la tempête profonde et vertigineuse du courant intérieur, tout reste en suspens à la surface de la force du fleuve".

    Et cependant, c'est en regardant les photos des chutes de Somphamit qu'il m'a semblé que le rapprochement pouvait être réalisé entre cette vision noire de Duras et la réalité de la saison des pluies dans ces chutes..



    Politiquement parlant, le Laos est une république démocratique populaire qui s'ouvre assez largement mais continue à opprimer quelque peu l'ethnie Hmong comme ses voisins vietnamiens. Cela explique aussi, sans doute, qu'il ait été impossible de vous suivre via Google maps. Mais on se retrouvera après!

    Bises,

    Gala

  • Zwoofff | 28.1.15

    Franchement désolés
    pour tes soucis avec notre blog. Forcément tes commentaires nous manquent. On en a déjà si peu... Pourtant d'autres y arrivent alors je ne comprends pas. Alors avec le Cambodge qui suit, tes images vont peut être encore ressurgir.
    t'inquiète mamie, j'en parle à Jean Nohain pour qu'il voit avec le jeune Zitrone s'il peuvent nous faire un remake et je te tiens au courant.
    Oui long fleuve tout de même sans les pyramides c'est sûr. Mais fort utile pour les habitants du coin. Pour nous, il nous a amenés un peu de changement dans notre paysage et comme tu le soulignes de bien belles images.
    Bises

  • Doc hiarp | 28.1.15

    Merci pour cette découverte du Laos...Champasak est un avant goût d Angkor.
    Ne soyez pas tristes on vous suit même s il est difficile de poster q
    Nos commentaires...j avais presqu abandonner de commenter

  • Zwoofff | 29.1.15

    @Doc Hiarp
    Merci doc, oui Angkor n'est plus très loin pour nous...
    Pour ce qui est des commentaires pourriez vous nous mettre les conditions dans lesquels ça ne fonctionnait pas, en cliquant sur le crayon?
    Merci

Publier un commentaire

si vous choisissez "Anonyme" ne le restez pas en signant de votre prénom votre commentaire. Ce sera plus convivial. Merci. ;-)
ATTENTION : Il se peut que votre commentaire n'apparaisse pas de suite.
C'est normal. Nous devrons le valider dès que nous aurons internet... Cool!!!